La largeur des trimarans NEEL est un facteur important pour la sécurité en haute mer car elle est gage de grande stabilité

Sur un catamaran, le couple de redressement est à son maximum vers les 12° de gite.

Cet angle peut être atteint relativement facilement sous l’effet de rafales de vent dans une mer formée.

Sur un trimaran ce maximum n’est atteint que vers 27° de gite, comme illustré sur la courbe de stabilité ci-jointe.

Dans les conditions d’utilisation habituelles d’un multicoque, cet angle n’est jamais atteint.

Un trimaran est ainsi beaucoup plus stable qu’un catamaran.

Ceci est également lié au meilleur centrage des poids sur le trimaran.

 

 

 

Continuons de considérer le trimaran et le catamaran gités à 12° soit l’angle de sécurité à ne pas dépasser sur un catamaran.

Nous constatons de le GZ (moment de rappel) est beaucoup plus grand sur le catamaran que sur le trimaran.

Plus cette distance est grande, plus les mouvements de rappel vont êtres violents et inconfortables.

A cet angle de gîte, le GZ sur le catamaran est environ le double de celui du trimaran.

Ainsi la navigation est beaucoup plus douce sur le trimaran que sur le catamaran.

Sur le trimaran les coups de roulis brutaux sont évités, le centre de carène n’étant jamais complètement sous le vent comme sur un catamaran.

Le centrage des poids est de nouveau la clé du confort en navigation.

En effet toutes les masses significatives sont logées principalement dans le coque centrale du trimaran alors qu’elles sont réparties pour moitié dans chaque coque du catamaran.

 

 

 

 

 

Cet avantage du trimaran par rapport au catamaran est encore renforcé par mer formée comme le montre l’illustration ci-contre.

 

 

 

 

 

Témoignage de  Mathias et sa famille  à bord de leur NEEL 45 :

« …Un passage dans la mer très doux qui rend les navigations confortables et faciles et nous encourage à passer du temps en mer (7000 MN en 7 mois la première saison)…. »